Les écrans perturbent le sommeil des adolescents



14 % des enfants d'âge scolaire ont des difficultés d'endormissement ou se réveillent en cours de nuit.

Arthur, 16 ans, a les yeux toujours rouges. Il faut dire qu'au grand dam de ses parents, il passe toutes ses soirées, ses mercredis ainsi que ses week-ends à jouer à des jeux de rôle sur Internet, en réseau avec ses copains. Volets fermés, pelotonné dans son duvet de camping, il ne sort pas de la journée et mange des pizzas qu'il se fait livrer sur le coin de son clavier. Rien d'étonnant qu'en trente ans, les adolescents aient perdu entre deux et trois heures de sommeil par nuit.

En cause : les ordinateurs, les jeux vidéo, les téléphones por­tables et, évidemment, la télévision. Pour lutter contre ces nuits écourtées, nocives tant pour la santé que pour l'apprentissage scolaire, l'Unaf (Union nationale des associations familiales), le Réseau Morphée, spécialisé dans le sommeil, et l'académie de Paris ont décidé de réagir en faisant front commun. Leur arme : un DVD interactif à destination des familles, des enseignants et des professionnels de santé pour tout savoir sur le sujet. Présenté mardi, ce support, initié début 2007 dans le cadre du programme d'action sur le sommeil par le ministère de la Santé, sera diffusé gratuitement. On y apprend notamment que la lumière des écrans d'ordinateur, plus fort encore que celui de la télé­vision, dérègle la sécrétion de mélatonine, l'hormone du sommeil, et retarde l'endormissement.

«La traditionnelle transmission des pratiques éducatives de parent à enfant ne se fait plus, constate Armelle Nouis, de l'Unaf. Faute de repères, les parents ont du mal à poser des limites sur l'heure du coucher. En leur donnant des informations sur le sommeil, nous leur donnons des outils pour conforter leur autorité.»



Difficultés d'apprentissage


De son côté, l'académie de Paris s'inquiète que 14 % des enfants d'âge scolaire aient des difficultés d'endormissement ou des réveils en cours de nuit. «Chez les enfants, la fatigue augmente les difficultés d'apprentissage et les troubles du comportement», rappelle le docteur Marie-Jo Challamel.

Quant aux adolescents, ils seraient 17 % à se plaindre d'insomnie et un tiers d'entre eux seraient sujets à des somnolences durant la journée. «Longtemps, les médecins ont pensé qu'à l'adolescence on a besoin de dormir sept ou huit heures comme les adultes. En fait, ce serait plutôt neuf ou dix heures», insiste Marie-Jo Challamel. Une enquête menée dans 25 collèges de l'académie de Paris montre que si seulement 22 % des filles se couchent après 22 heures en classe de sixième, ce chiffre grimpe à 80 % en classe de troisième. Les garçons, sont 35 % en sixième à aller au lit après cette heure, contre 79 % en troisième.

Puisque l'adolescence est un âge où l'on se couche plus tard tout en continuant à se lever tôt pour aller en classe, l'Inserm avait demandé il y a quelques années aux hommes politiques de re­pousser l'heure du début des cours à 9 heures au lycée. Une réclamation restée lettre morte.

Pour Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, expert de l'image, le problème est plus global : «Tout le monde - et pas seulement les adolescents - a vu la durée de son sommeil diminuer. La raison est simple : le nombre d'activités qui ont le pouvoir de nous réveiller s'accroît avec les nouvelles technologies. Celles proposées sur Internet ont la particularité de stimuler notre cerveau, qu'il s'agisse de la vente en ligne ou des sites de rencontres. Or ces derniers se visitent le soir, une fois terminées nos activités de la journée.» Selon ce spécialiste, la phobie du sommeil a toujours existé. Et de retourner le problème : «C'est parce qu'ils n'ont pas envie d'aller se coucher que certains d'entre nous, et notamment les adolescents, vont surfer le soir tard sur Internet. On vit dans une société d'insécurité psychique qui fait que l'on a des angoisses face au sommeil», conclut le psychanalyste.

Source: sante.lefigaro.fr

Melatonine - Multilenguages section Key Melatonin