LA MELATONINE OU LES SOMNIFERES ?

De nombreux Français prennent des somnifères et des anxiolytiques pour lutter contre leurs insomnies. Ils doivent en supporter les effets secondaires, dont la dépendance et l’accoutumance. La mélatonine, hormone sécrétée uniquement la nuit, représente une alternative très intéressante pour retrouver un sommeil récupérateur. Explications du Dr Catherine de Goursac*, depuis le congrès de la Société française de médecine esthétique. octobre 2007.

En quoi la mélatonine peut-elle aider les insomniaques ?

Dr de Goursac : Par définition, les insomniaques sont des personnes qui dorment moins de 7 heures par nuit. Ils représentent 20 à 30% de la population, et 70 à 85 % après 65 ans. Il n’est pas rare non plus que les personnes autour de 50 ans présentent des phases de sommeil décalées. Le sommeil est composé de deux phases, le sommeil profond, qui permet une récupération musculaire, et le sommeil paradoxal (période des rêves), qui permet une récupération psychologique. Des expériences menées sur des chats montrent très bien qu’ils deviennent fous à partir du moment où on les empêche de rêver. Les rêves sont donc bien essentiels pour assainir notre climat psychologique.

Avec l’âge, les phases de sommeil profond et paradoxal tendent à se désorganiser, ce qui perturbe la récupération physiologique et psychologique. C’est ici que la mélatonine intervient car cette hormone est capable de recaler les phases de sommeil et peut donc représenter un traitement très efficace de certains troubles du sommeil. La mélatonine n’augmente pas systématiquement la durée du sommeil mais le recadrage des phases de sommeil profond et paradoxal entraîne un bien-être général.

Idéalement, avant de donner de la mélatonine à quelqu’un, il faudrait s’assurer que cette personne présente bien une carence en cette hormone. Or le dosage de la mélatonine ne se fait pas couramment, tout simplement parce qu’elle est uniquement sécrétée la nuit. L’idée est donc de prescrire initialement de la mélatonine à petites doses et d’ajuster progressivement en fonction des résultats et aussi en fonction de chacun. Il faut donc y aller doucement et arriver à trouver le bon dosage au cas par cas.

Comparativement aux somnifères et aux anxiolytiques, la mélatonine est très avantageuse. En effet, rappelons que ces deux classes médicamenteuses entraînent une dépendance et une accoutumance. C’est-à-dire qu’on ne peut plus dormir sans en prendre et qu’au bout d’un moment ils ne sont plus efficaces, ce qui oblige à augmenter continuellement les doses. A la longue, les psychotropes s’accompagnent également de troubles de la mémoire et d’une diminution de la vigilance.

Quels sont les autres effets de la mélatonine ?

Dr de Goursac : La mélatonine est un puissant antioxydant. Il n’est donc pas néfaste de donner de la mélatonine. Elle est aussi un très puissant stimulateur de l’hormone de croissance. Par précaution, cette hormone est interdite en France et c’est très bien comme ça. L’hormone de croissance semble être la mère de toutes les hormones, la plus efficace à tout niveau sur tous les organes. Il est donc intéressant de disposer de moyens naturels pour augmenter cette hormone de croissance.

En pratique, comment prescrit-on de la mélatonine ?

Dr de Goursac : Selon toutes les expériences menées sur les animaux, il n’existe pas vraiment de risque de surdosage. Il ne faut pas non plus oublier que la sécrétion de mélatonine diminue avec l’âge. En règle générale, on prescrit entre 0,5 mg et 10 mg par jour de mélatonine. Selon les sujets, la dose initiale est de 0,5 ou 1 mg, avec une augmentation de la dose d’1 mg tous les 15 jours jusqu’à l’obtention d’un bien-être dans la journée, sans forcément obtenir une augmentation de la durée de la nuit.

Le grand public et de nombreux professionnels de santé ne sont absolument pas au courant que la mélatonine est autorisée en France. Toutes les pharmacies peuvent la délivrer sur ordonnance. Ce qui s’est passé, c’est que le Ministère de la Santé a demandé que la mélatonine (et la DHEA, une autre hormone) ne soit pas reprise par les lobbyings pharmaceutiques afin d’éviter les dérives financières. La mélatonine n’est donc disponible qu’en préparation magistrale et sur prescription médicale. Mais en l’absence de puissance financière et de publicité, personne ne sait que l’on peut parfaitement prescrire de la mélatonine. Le grand public n’est donc pas au courant, il est persuadé que c’est interdit, parfois même certains pharmaciens. Il faut alors demander à son médecin de se renseigner ou consulter un spécialiste anti-âge. Il existe deux types de mélatonine, l’une pour l’endormissement, l’autre, dite « mélatonine de retard », pour la durée de la nuit.

Une dernière chose, la mélatonine peut exister en voie transcutanée (sous forme de crème). Je propose donc souvent une préparation magistrale à base de mélatonine comme antioxydant pour le visage, à appliquer le soir. De cette façon la mélatonine passe par la peau, donne un joli teint et fait dormir en même temps.

imaage-paris.com




Melatonine - Multilenguages section Key Melatonin